Nous glissons, loin du temps

Publié le par inpartibus

 

Nous glissons

                               loin du temps

        de l'espace


 

Sans échanger une parole

 

Car nous portons en nous

 

Le lourd passé de nos aïeux

 

En fumée

                                   il s'envole

 

            dans le rétroviseur


Comme le monde est silencieux

 

                                       calme et inoffensif

 

Quand on est enfermé dans sa voiture

 

Nous respirons un air plus chaud qu'à l'extérieur

 

Le regard fixe

 

                       hébétés et pensifs

 

Nous n'entendons qu'à peine le bruit du moteur

 

A travers des décors grandioses

 

                                               des reliefs magnifiques

 

                 refoulés qui défilent

 

En fond d'écran de zone industrielle

 

Que nos chansons préférées transfigurent

 

Dans cette fin d'après-midi

                                             rose

                   et lumineuse

 

Quels taggeurs ont donné à quels noms

Les formes arrondies, extravagantes

Qui passent au dessous de brefs ponts

Ou stagnent près de vieilles usines branlantes ?

 

Quand nous croisons parfois

                                  l'indifférent profil

                 Au delà

                                  des cloisons

de métal

 

D'un autre couple d'êtres

                                       humains

 

Que nous doublons sur l'autre file

 

Ce sont d'autres humains

                                              des personnes réelles

 

Mais dans quelle dimension, dans quel monde parallèle ?

Publié dans Perrin Langda

Commenter cet article

Nounedeb 08/02/2012 11:41

Sans doute tu m'as un peu influencée, et surtout Tranströmer. Je retrouve cette impression de flotter entre deux.