Zapping

Publié le par inpartibus

 

39. L'homme trompe

la femme pleure

et ne pardonne pas

Mais ils vécurent heureux et eurent

des kyrielles d'enfants

Trompeurs et peu enclins au pardon


11. Il arrive même que l'on tue

dans le domaine des serial-killers

C'est tout à fait normal

de les mettre à l'index

Les policiers, partout

Montrent le sang et le sexe

des sacrifices innocents

 

73. Nous plongent au fond des océans

où neige le sperme des coraux

mais à l'envers, comme une myriade

d'étoiles décolorées

parmi la foule nocturne

des poissons-lune

et des poulpes géants

Où les crevettes, crues, limpides

font la toilette de monstres énormes

Qui ne sont que

les créations difformes

de notre inconscient, et comme

 

2. Tu iras en vacances à la plage et au prix

De telle compagnie de tant de jours de paie

Il faudra acheter une belle voiture

Et dominer le monde qu'on trace sur l'airbag

 

19. Non, face à la nature

l'homme

rien

armé d'une pelle

Ne creuse pas sa propre tombe

Rame

dans une vieille barque de fortune

Qui coule lentement dans l'eau gelée

autour d'icebergs surréalistes. On y

 

23. Entrevoit des formes courbes

les corps des femmes qui ondulent

Des flashs éblouissants

tournoient dans la pénombre

Et des rythmes modernes

qui soudain t'envahissent

monotones

martelant

des transes ancestrales

éveillent de vieilles questions :

 

6. Qui sera notre président ?

Les sondages pour l'un

pour l'autre le salon des voyantes

Qui lisent l'avenir

dans le marc du café

C'est du pareil au même

Toujours

une tache

humide et répugnante

toujours

le même roi

Couronne les aveugles alors que

 

12. Certains magnétiseurs ne sont

peut-être pas des charlatans

Il y aura vraiment des auras

émanant de nos corps

D'autres vous soignent

en vous faisant imposer

vous-même

le combiné de votre propre téléphone

 

30. Et sous le voile des yeux étonnés

d'une femme envoûtante

Il y a aussi des hommes en armes qui s'agitent

Ce sont des héros qui ont abattu

la droite effigie

de la dictature

Elle

se redresse

au nez et à la barbe de l'imam

 

47. Toi, ta femme sera fardée de cosmétiques

Pour qu'on se multiplie dans les reflets des stars

Et tu connecteras ton fils, ce petit roi

Lascif aux toiles blan ches des lessives

 

17. Il n'y a plus de trace

des héros à venir

Qui réduiraient tous les monts à néant

d'un simple claquement de doigts

en un éclair

émanant de leurs corps en exergue

de leurs auréoles

des cercles de feu

Que l'on ne voit plus et le Mal

 

5. Fleuve qui coule calmement

dans les eldorados

des montagnes d'Afrique

Où la jungle côtoie les neiges éternelles

En contrebas, abreuve des variétés

indénombrables de macaques

aux coiffures tendances

Qui pêchent

sous le contrôle des reptiles

se cachent dans les arbres

Et des pygmées qui dansent

autour du feu originel

en arborant

de fières peinturlures

 

3. Ce sont-là les couleurs de la vie !

La vie est belle, beaucoup plus belle

que tu ne penses

pas

dans les cafétérias

du monde occidental

Et parfois même

il est possi

ble d'entamer

des aventures

d'établir des liaisons amoureuses

 

13. Toi, tu diffuseras le parfum d'une rose

En gardant les dents blanches et un air souriant

Et tu écraseras sans remords le requin

En lui serrant la main avec toute la force

 

71. Qu'ils donnent à nos chaînes

aux noms de « politiques »

En volant la parole

aux spectacles publics

Quant aux citoyens

libres

de s'immerger dans le chaos

libres de se libérer

de nos sempiternelles crises

ils n'y comprennent rien

 

70. C'est beaucoup plus touchant

quand il s'agit de personnes réelles

qui meurent

au-delà des remparts de la ville

à l'intérieur de la cité

ou pire

dans votre propre local à poubelles

L'audience atteint alors des pics atroces

 

14. Qui divertissent tous ces pauvres gens

pendant que nous changeons

leur mobilier craignos

leur déco dépassée

En un subtil mélange

de pitié et d'envie

Personne ne résiste

aux somptueux palaces

tout personnalisés

Qu'on reconstruit pour des familles

aux destinées tragiques

 

76. Et c'est le sang du Christ qui s'écoule

sur les foules en liesse

Sur les tee-shirt

mouillés de la jeunesse

Sur l'amour du prochain

prime le bonheur de nul autre

 

1. Que toi, qui graviras les escaliers sociaux

Vers ta retraite d'or en fauteuil électrique

Et tu l'auras, ta tombe en marbre à la mémoire

De ton corps pourrissant sous les couches de botox

 

8. L'important c'est la sauce

et de bien mijoter

Sentez-vous la saveur

du bon bœuf bourguignon

C'est un peu la saveur de votre âme

Voyez-vous les couleurs des légumes

bouillis baignant gorgés diffus

dans la sauce au vin rouge

Ce sont vos propres tripes

et avec ça, régalez-vous


85. L'homme est bon, selon certains programmes

N'oubliez pas l'astucieux

bricoleur de mon enfance

Perdu, au loin

à des milliards

d'années lumières

Dans un décor en carton pâte

Mais s'efforçant de protéger

un peuple humanoïde

de ses accoutrements risibles

 

20. Il y a aura toujours des apocalypses

et des sauveurs

qui reviendront

Il y a aura toujours des apocalypses

et des sauveurs

qui reviendront

Un type me fixe

avec un air étrange

il scrute les pensées des gens

Bientôt, il y aura une éclipse

On pourra déplacer les objets

Ou contrôler la foudre

et courber l'espace-temps

Qui sait

 

7. Depuis des heures

ce type n'est que moi

Moi dans ton propre canapé

C'est la magie

de la télé

réalité

Et toi aussi

ô mon reflet

tu m'as

zappé

Pour me rendre

au néant


0. D'un pont de cordes

la femme est là

à contempler

La canopée

C'est alors que

Publié dans Perrin Langda

Commenter cet article

Mu 29/03/2012 21:19

je n'ai pas l'œil assez aiguisé pour déceler les "faiblesses" que tu voudrais retravailler... j'ai trouvé que chaque partie avait sa propre saveur, et que ces diversités formaient une quelque chose
de bon (oui,bon, je suis en train de cuisiner, là !)

Langda 29/03/2012 20:35

Bien content qu'il te plaise ! Je l'aimais bien aussi, dans sa globalité pour ainsi dire, mais dans le détail, il me semble qu'il a des faiblesses à retravailler...

Mu 29/03/2012 19:56

ah voilà, je l'ai retrouvé ! il me plaît beaucoup celui-là. j'aime bien regarder la télé de cette manière... juxtaposer des choses. Ta "retranscription" est très bonne.

Langda 16/02/2012 16:43

Désolé, je suis taquin de nature, je ne résiste pas : comme tu dis, de l'inspiration, il y en a plaint !

Nounedeb 16/02/2012 15:50

Bravo! Cette imbécile- moi- qui se plein de ne pas avoir d'inspiration. Elle est partout. Mais n'est pas poète qui veut...